No Home – Yaa Gyasi

« Tu veux savoir ce qu’est la faiblesse ? C’est de traiter quelqu’un comme s’il t’appartenait. La force est de savoir qu’il n’appartient qu’à lui-même. »

***

no home
Titre
: No Home
Autrice : Yaa Gyasi
Editeur : Le Livre de Poche
Date de publication : 2017
Prix : 8.10 euros
(480 pages)

Note : 4/5

Lire la suite

Publicités

Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ? – Soledad Bravi & Dorothée Werner

pourquoi

Titre : Pourquoi y a-t-il des inégalités entre les hommes et les femmes ?
Autrices : Soledad Bravi & Dorothée Werner
Editeur : Rue de Sèvres
Date de publication : 2018
Prix : 10.50 euros
(96 pages)

Note : 3.5/5

Lire la suite

Les Dieux du Tango – Carolina de Robertis

« Ils jouaient toute la nuit, ils jouaient pour que le soleil se lève au-dessus des toits. Ils jouaient pour les pauvres, pour les riches qui venaient s’encanailler avec les pauvres, pour les femmes payées à danser, et les femmes payées à danser et baiser, et quand ils avaient vraiment besoin d’argent, ils jouaient même pour les femmes payées à baiser, qui baisaient tant qu’elles ne pouvaient jamais danser. »

***


thumbnail_IMG_3837
Titre
: Les Dieux du Tango
Auteur : Carolina de Robertis
Editeur : Le Cherche-Midi
Date de publication : 2017
Prix : 22 euros
(504 pages)

Note : 5/5

Lire la suite

Trois filles en colère – Isabelle Pandazopoulos

« Je suis communiste, je suis résistante, je suis féministe et je suis grecque. Je défends la démocratie et la révolution. Je rêve de liberté et d’égalité. Pour aujourd’hui et pour demain. »

***

IMG_3864
Titre
: Trois filles en colère
Auteur : Isabelle Pandazopoulos
Editeur : Gallimard Jeunesse
Date de publication : 2017
Prix : 13.50 euros
(329 pages)

Note : 5/5

Lire la suite

Alias Grace – Margaret Atwood

« Murderess is a strong word to have attached to you. It has a smell to it, that word – musky and oppressive, like dead flowers in a vase. Sometimes at night I whisper it over to myself: Murderess, Murderess. It rustles, like a taffeta skirt across the floor.« 

***

IMG_3675
Titre
: Alias Grace
Autrice : Margaret Atwood
Editeur : Virago Press
Prix : 9,37 euros
Date de publication : 2017 pour la présente édition

Note : 4/5

Ce roman est disponible en français sous le titre Captive, publié chez les éditions 10/18 et Robert Laffont.

Lire la suite

Miss Charity – Marie-Aude Murail

***

41xLgJV8vYL
Titre
: Miss Charity
Auteur : Marie-Aude Murail
Editeur : Ecole des Loisirs
Date de publication : novembre 2016

Note : 5/5

1

Charity est comme tous les enfants : débordante de curiosité. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l’église, à la rigueur. Pour ne pas devenir folle d’ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par coeur avec l’espoir qu’un jour quelque chose va lui arriver…

2


J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, dans lequel Marie-Aude Murail nous fait découvrir la société du XIXème siècle à travers le regard d’un personnage féminin très fort, avec un style qui n’est pas sans rappeler Jane Austen ou encore les soeurs Brontë, ces écrivaines emblématiques de cette époque.

On découvre Charity, une enfant de bonne famille anglaise, qui fait fi de l’étiquette et des règles de conduite que devrait suivre une fille à son époque : elle élève des animaux de toute sorte dans sa nursery (souris, rat, lapin, hérisson, canard…), elle apprend des pièces de théâtre par coeur et fait preuve d’une curiosité scientifique hors du commun. Un peu délaissée par ses parents, elle est principalement élevée par une bonne écossaise légèrement fêlée et une jeune gouvernante française, qu’elle appelle Mademoiselle.

Charity raconte son histoire à la première personne du singulier, avec un ton très mordant. On la découvre à 5 ans, et ce que j’ai vraiment beaucoup aimé, c’est qu’on la voit grandir pour la quitter à ses 25 ans. J’ai adoré les lettres qu’elle s’est écrit à elle-même, rêvant de son futur. Elle reste plutôt lucide sur sa condition, mais ne baisse jamais les bras. Plutôt que d’être brimée par le carcan de la société, elle s’épanouit petit à petit sous le regard désespéré de sa mère et compréhensif de son père. Ce dernier retrouve en Charity les traits du garçon qu’il aurait aimé avoir. Peu présent dans le roman, il reste une ombre bienveillante qui intervient à des moments clés dans la vie de Charity.

La jeune fille, puis la jeune femme qu’on suit, s’avère être en avance sur son temps en ce qui concerne la condition des femmes à cette époque. Bien loin de rentrer dans le moule, c’est-à-dire faire un mariage avantageux et des héritiers à son époux, Charity ne veut pas d’une vie comme celle-là. Considérée comme une originale, une excentrique par ses pairs, au grand désespoir de sa mère, elle reste tout de même très appréciée dans la société. J’ai vraiment aimé la tournure que prend sa vie dans la seconde moitié du roman, lorsque l’adolescente laisse place à une jeune femme décidée et indépendante. J’ai vraiment beaucoup aimé ce personnage de Charity. Elle fait preuve d’une belle force de caractère en ignorant totalement le regard des autres pour ne poursuivre que sa passion et suivre son coeur.

Le style d’écriture du roman est totalement en accord avec l’époque à laquelle il se situe. Les tournures de phrases font écho aux romans du XIXème. Les dialogues sont transposés sous forme de répliques de théâtre et font un beau rappel de la passion de Charity pour cet art. Les illustrations sont très belles et en parfait accord avec le texte.

Même si je me doutais un peu de la fin, j’ai adoré la façon dont Marie-Aude Murail l’amène petit à petit, nous laissant un beau sourire aux lèvres une fois la dernière page tournée.

Je remercie encore les éditions Ecole des Loisirs pour l’envoi de ce très beau roman !