California Dreamin’ – Pénélope Bagieu

« Elle était vraiment différente.
Et quitte à être exclue…
…Elle l’était avec panache. »

***

IMG_3810
Titre
: California Dreamin’
Auteur : Pénélope Bagieu
Editeur : Gallimard
Date de publication : 2015
Prix : 24 euros
(276 pages)

Note : 5/5

Lire la suite

Publicités

Libres ! – Ovidie & Diglee

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de nos corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. »

***

IMG_3505
Titre
: Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels
Auteur : Ovidie (textes) & Diglee (illustrations)
Editeur : Delcourt
Date de publication : 2017

Note : 5/5

Lire la suite

Les secrets de Brune – Bruna Vieira & Lu Cafaggi

Je veux savoir qui je suis sans que personne n’attende rien de moi en retour.”

***

51sEt+PDGJL._SX195_
Titre
: Les secrets de Brune, L’amie parfaite
Auteur : Bruna Vieira & Lu Cafaggi
Editeur : Sarbacane
Date de publication : avril 2017

Note : 5/5

1

C’est bientôt la rentrée et Brune change de collège… Son angoisse grandit à mesure que le jour fatidique approche. À quoi ressemblera sa nouvelle vie ? Son histoire commence… Brune est une adolescente timide et secrète, qui s’interroge sur sa vie, sur le monde qui l’entoure. Ses copains de classes, ses professeurs, sont autant d’énigmes qu’elle peine à résoudre. Comment trouver la clé ?…

71a76ttwxkL

2


Coup de coeur pour cette BD aux couleurs pastel et aux dessins tout doux ! Bruna Vieira, célèbre blogueuse et Youtubeuse brésilienne nous livre ici un petite autobiographie dans laquelle elle partage la difficulté d’être une adolescente.coup-de-coeur

Les dessins sont SUBLIMES et donnent une atmosphère très douce et cosy à la BD, pour un sujet qui ne l’est pas tant que ça. La peur du regard des autres, le manque de confiance en soi et le questionnement incessant sur son identité en tant que personne sont évoqués sans fards et avec beaucoup de délicatesse. Les textes de bulles sont concis, mais n’enlèvent rien aux messages que Bruna veut faire passer. C’est doux, mélancolique, on sent bien que Brune est perdue.

J’aime beaucoup le fait que le personnage de la BD interagisse avec le lecteur et apostrophant et en l’incitant à se confier aussi sur le ressenti de ses années collège. J’ai aussi adoré ces petites choses en plus qui parsèment les pages, comme la recette d’un gâteau aux fraises ou encore la playlist de la joie.

Autre petit plus, le très court dossier à la fin, où Bruna Vieira explique comment elle a eu l’idée de cette BD, et se livre encore un peu sur son histoire personnelle. Et sa référence aux titres des chapitres, inspirés des titres de romans de femmes qui ont marqué l’histoire de la littérature. J’ai vraiment adoré cette lecture et je ne peux que vous la recommander !

Un grand merci aux éditions Sarbacane pour l’envoi de cette BD et cette très belle découverte !

Momo – Jonathan Garnier & Rony Hotin

Processed with VSCO with a5 preset
Titre
: Momo
Auteurs : Jonathan Garnier & Rony Hotin
Editeur : Casterman
Date de publication : 2017

Note : 5/5

1

Momo, vit seule avec sa grand-mère dans une grande maison, en attendant que son père, parti travailler en mer, rentre. Un peu polissonne mais appréciée de tous, elle enchaîne les bêtises et les rencontres improbables.

2

Gros coup de coeur pour cette BD qui se lit comme on boit du petit lait !

Je me suis tout de suite attachée à Momo et à sa vivacité. Elle court partout, elle rit et pleure de tout, elle se fait des amis là où on s’y attend le moins… Son caractère un peu aventurier fait que tout le monde s’attache à elle, et tous l’apprécient pour son appétit de vivre. Face aux plus grands qu’elle, Momo fait preuve d’une grande force de caractère et ne se laisse pas impressionner. Elle souffre de l’absence de ses parents, on le ressent très bien dans les dessins et les dialogues. Malgré tout, elle ne se laisse pas abattre pour autant.

Processed with VSCO with a5 preset

Les dessins sont sublimes, et ne sont pas sans rappeler les graphismes de Miyazaki. Surtout dans la manière dont bougent et se déplacent les personnages.
J’ai aussi beaucoup apprécié le carnet de Sylvain, un personnage secondaire qu’on croise brièvement. Cela apporte un vrai plus à la BD puisqu’on peut lire à travers son journal intime ce qu’il se passe dans la vie de Momo. Ce regard extérieur permet de clarifier un peu les choses la concernant. La fin laisse présager une suite, qu’il me tarde de lire !

Je remercie Momie Librairie Dijon pour cette belle découverte !

Le grand méchant renard – Benjamin Renner

“- Je comprends pas pourquoi ça marche pas ? C’est quoi mon problème ?
– Je sais pas… Peut-être parce que tu as l’air aussi costaud qu’une huître… Ou alors que tu as autant de charisme qu’une limace séchée dans un pot de sel… Ou sinon que tu es aussi féroce qu’une tortue anémique à la retraite…”

***

712LcWywE3L
Titre
: Le grand méchant renard
Auteur : Benjamin Renner
Editeur : Delcourt
Date de publication : 2015

Note : 5/5

1

Renard fait tout pour paraître effrayant, mais il est en fait victime dans le poulailler, où il se fait chasser à grands coups de becs par la chef des poules. Résultat : il se voit obligé de manger des navets pour subsister. Un jour, le grand méchant loup lui propose un marché : voler les oeufs des poules la nuit et attendre qu’ils éclosent, pour ensuite pouvoir dévorer les poussins. Mais rien ne se passe comme prévu pour le renard !

2coup-de-coeur

Cette BD est une vraie pépite ! Déjà par son aspect assez atypique, puisque les dessins ne sont pas cantonnés dans des cases, ils n’ont pas de contours définis, ce qui donne beaucoup de charme et d’originalité. Les dialogues non plus ne sont pas enfermés dans des bulles, ils sont justes reliés aux personnages par des traits. le tout donne à cette BD une belle dimension de légèreté et de liberté.

Les dessins sont magnifiques et très justes, les émotions des personnages et leur caractère ressortent parfaitement à travers les différents traits et mimiques que leur donne l’auteur.

J’ai aussi beaucoup aimé l’humour très présent tout au long de l’histoire, et ce dès les premières pages. Les personnages sont hilarants et très attachants. Chacun a un caractère bien défini : le chien de garde qui ne se sent absolument pas concerné par la vie du poulailler, la poule hystérique et belliqueuse envers les renards, le loup blasé et affamé, les poussins pleins d’énergie qui piaillent de tous les côtés, et surtout, le renard qui essaie d’être ce qu’il n’est pas.

Les scènes de famille entre le renard et les poussins sont à mourir de rire, et sonnent très justes. Certains clins d’oeils sont faits aux fables de Lafontaine et aux contes de notre enfance (je pense notamment au grand méchant loup), mais tout est raconté avec beaucoup d’humour. Bref, cette BD a tout ce qu’il faut pour plaire et pour passer un très bon moment. J’ai adoré !

La page blanche – Boulet & Bagieu

“Plus elle cherchait à se forger une identité plus elle devenait… TOUT LE MONDE. Et puis un jour, elle est devenue PERSONNE. C’est assez ironique, non? Elle a disparu. Elle a tout effacé, alors qu’elle cherchait désespérément à devenir quelqu’un. Ou peut-être qu’elle a réussi, tout simplement?”

*       *       *

la_page_blanche
Titre
: La page blanche

Auteur : Boulet & Pénélope Bagieu
Editeur : Delcourt
Date de publication : 2012

Note : 5/5

– Résumé –

Eloïse, jeune femme parisienne, se réveille sur un banc, sans aucun souvenir. Elle ne sait plus comment elle s’appelle ni où elle habite. Après un bref instant de panique, elle reprend rationnellement chaque élément qui lui permet de savoir qui elle est et ce qu’elle fait là, assise sur ce banc.
Elle met dans la confidence une de ses collègues de travail, qui va l’aider de son mieux pour remettre les pièces du puzzle en place.
Eloïse reste optimiste, elle va bien finir par recouvrer la mémoire. Il suffit juste de trouver l’élément déclencheur. Pour cela elle va remonter toutes les pistes possibles, à la manière des enquêteurs dans les séries policières.

– Mon avis – 

La quête d’identité d’Eloïse est très poignante, elle passe par tous les stades émotionnels possible, jusqu’à finalement se résigner.
J’ai beaucoup aimé le fait qu’elle se dédouble, en quelque sorte, entre l’Eloïse du présent qui cherche l’Eloïse du passé, qu’elle considère comme une étrangère et non comme une part d’elle-même. Au fil des pages, elle finit par se construire un nouvelle identité plutôt que de retrouver l’ancienne.
La fin est assez inattendue, ce qui rend la BD encore plus appréciable.
Le tout est raconté avec beaucoup d’humour et d’autodérision, en plus d’un graphisme superbe ! Bref, j’ai adoré !