Chroniques littéraires, Contemporain, Fantastique/Fantasy, Jeunesse

Le phénomène Philomène – Emmanuelle Cosso-Merad

Chacun rate l’autre depuis le début : l’école ne comprend pas Anatole et Anatole ne comprend pas l’école.”

***

81dVdkoiuqL

 

Titre : Le phénomène Philomène
Auteur : Emmanuelle Cosso-Merad
Editeur : Sarbacane
Date de publication : juin 2017

Note : 5/5

1

Anatole et l’école, c’est une longue suite de rendez-vous manqués. Il faut dire qu’avec sa dégaine d’ado balourd et sa tignasse de cheveux qui lui tombent devant les yeux, il n’a pas l’étoffe d’un héros. Du moins, à première vue. Car en regardant mieux, on pourrait s’apercevoir qu’il a un sourire craquant… et aussi un don : celui de voir les fantômes.
Le fantôme de Philomène, une jeune fille morte en 1870, dans l’accident de la filature qui se tenait à la place du collège.
Repérer un fantôme, c’est déjà pas banal. Mais quand ce fantôme vous apprend qu’un grave danger menace la vie de tous les élèves et que vous seul pouvez les sauver, ce rendez-vous-là, pas question de le rater !

2


Voilà un roman jeunesse vraiment chouette ! L’écriture est fluide et entraînante, les personnages attachants et l’intrigue très bien construites. Le petit plus ? Les jolis dessins et les effets de police qui parsèment les pages du livre !

L’histoire est racontée par Juliette, collégienne qui se lance dans l’écriture journalistique. Elle nous présente donc Anatole, son camarade de classe et aussi le personnage principal. On découvre à travers le regard de Juliette un garçon plutôt introverti, sujet aux moqueries des autres pour sa grande maladresse et son inattention en classe… mais aussi, pour notre journaliste, un adolescent sensible, courageux et juste. Anatole est fidèle à lui-même et se fiche du regard des autres. Je me suis tout de suite attachée à ce garçon dégingandé au coeur tendre.

Juliette m’a beaucoup fait rire. Elle écrit avec ce qu’elle considère être un ton de journaliste professionnelle, et fait preuve d’un grand sens de l’humour. Le tout est très dynamique, et j’ai très bien imaginé l’ado débordante d’énergie qui se cachait derrière ce texte. Dès le début, j’ai ressenti son petit faible pour Anatole, et j’ai trouvé ça adorable et tout mignon !

Le choix de narration est assez surprenant, c’est comme si Juliette savait absolument TOUT d’Anatole alors qu’elle est extérieure à ses pensées. Mais heureusement, elle finit par intervenir et faire partie intégrante de l’histoire plutôt que de rester une spectatrice/narratrice.

Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, j’ai vraiment beaucoup aimé. Ca se lit tout seul, les pages se tournent très vite. Le rythme est entraînant, et le ton n’est pas toujours léger. Je pense notamment à la toute dernière partie du roman où un secret assez sombre est révélé.

Bref, ce roman a tout d’une pépite de la littérature jeunesse ! Merci aux éditions Sarbacane !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s